Archives pour la catégorie Le projet

Renverser une écoute vers celle de la baleine

Une composition humain-baleine / Sur une couronne de haut-parleurs (9.1)
Aline Pénitot compose concrètement de la musique dans la lignée de la
démarche de Pierre Schaeffer1 ou Luc Ferrari. Elle décèle le potentiel musical
des sons captés par des microphones en studio ou dans la nature. Elle ne
s’attarde pas sur les hauteurs ou le rythme mais la vie intrinsèque des sons
(profil de masse, dynamique, timbre, grain, allure…) pour inventer des processus
de composition. C’est avec cette écoute particulière, que l’on appelle
« l’écoute réduite », qu’elle découvre des similitudes timbrales stupéfiantes
entre le basson et les chants de baleines à bosse. En les mélangeant, ni Aline
Pénitot, ni Olivier Adam, ni Brice Martin, le bassoniste, ne savent reconnaître
ce qui vient du basson ou de la baleine. Pour La Réponse de la baleine à bosse /
phase 1 – Tentative de dialogue, elle compose une pièce qui déroule la pensée
d’Oliver Adam pour fabriquer un renversement du point d’écoute vers celui
de la baleine. En partant de l’avis très singulier d’un chasseur inuit, cette pièce
traverse la Litany for The Whale de John Cage en l’entremêlant aux leitmotivs
des cétacés. D’étranges similitudes entre les chants de baleines à bosse et le
basson apparaissent, à moins qu’il s’agisse d’une plongée en apnée en eaux
profondes au milieu d’une couronne de haut-parleurs. Chacun des concerts
est précédé d’une conférence d’Olivier Adam et l’on peut entendre combien ses propos éclairent la composition qui survient. Chaque concert-conférence est l’occasion d’échanges sans fin avec le public qui se prolongent parfois au café du coin.
Il semble aujourd’hui important de proposer ces recherches musicales aux baleines et d’inventer une manière d’interagir avec elles. D’en profiter aussi pour approfondir notre empathie. D’en profiter pour inventer une interface qui puisse aussi être utilisée par tous.
La pièce électroacoustique issue de ces interactions enregistrées en mer développera trois tableaux issus des matériaux proposés aux baleines et comment ils se transforment lors des interactions : une approche, un dialogue, une immersion vers les mondes sous-marins.

Vers la création d’une interface humain-machine-baleine

Olivier Adam est avant tout bioacousticien, spécialiste du traitement du signal, spécialiste des chants de baleines à bosse ; Aline Pénitot a fait des études de compositions électroacoustiques qui entremêlent les techniques du son, leurs traitements numériques et la composition. L’interface numérique qu’ils imaginent aurait de nombreuses retombées sur les questions scientifiques actuelles ; il s’agit également du premier instrument de la lutherie numérique permettant de jouer à partir des sons émis par les baleines et avec les baleines.
La pollution sonore des océans par les activités humaines ne cesse d’augmenter
et son impact sur les cétacés est maintenant prouvé. L’interface n’a pas vocation à devenir une appli qui participerait à la pollution sonore des océans. Bien au contraire, conscients que la mer n’est pas le monde du silence, Olivier Adam et Aline Pénitot souhaitent initier un tout autre rapport des humains aux animaux, un rapport qui tiendrait enfin compte de la perception intelligente et sensible des baleines.
La conception de l’interface n’est donc pas uniquement une question technique. Elle suppose une sérieuse écoute des chants de baleines pour s’en extraire peu à peu afin de chercher à dépasser notre écoute humano‑centrée.
En empruntant le chemin ouvert par le compositeur Pierre Schaeffer, Aline Pénitot propose une écoute des phénomènes sonores (et non plus leurs caractéristiques musicales classiques). Elle cherche à aborder ce que Pierre Schaeffer appelle le « langage des choses » afin de se « libérer du conditionnement de ses habitudes antérieures ». La création de cette interface
suppose plusieurs étapes réalisées au sein du Lam et développée grâce à Maxime Lance, ingénieur du son, développeur d’interfaces sonores pour Césaré, centre national de création musical de Reims. Elle sert à transmettre des sons depuis le bateau, enregistrer les réponses des baleines à bosse et à transformer les sons proposés initialement. Et ce dans un continuel allerretour entre l’humain et l’animal.
L’interface n’est pas seulement un outil à destination d’Olivier Adam, Aline Pénitot et des baleines, mais elle sert également aux actions de médiation menées notamment auprès des plus jeunes comme des grands. L’interface sera donc à la fois développée pour interagir avec les cétacés mais aussi pour que le tout public puisse jouer avec elle.

Missions océaniques – Hexagone, Réunion, Madagascar

cropped-gp7a0292.jpg

Photo : Alex Voyer – Apnée : Arthur Guerin Boeri

SAISON 2018
• Juillet / La Réunion / Aline Pénitot / Association Abyss – Cité des Arts de
Saint-Denis
Une première mission a lieu en juillet 2018 à la Réunion au sein de l’association
Abyss lors d’une résidence d’Aline Pénitot à la Cité des Arts de Saint-Denis.
Entre dix et quinze sorties en mer sont prévues pour tester la version alpha
de l’interface et tester les hypothèses d’interactions imaginées entre Aline
Pénitot et Olivier Adam. L’occasion aussi de tisser des liens avec des artistes,
des partenaires culturels, des professionnels de la mer et des associations de
la Réunion.
• Automne 2018 / Aline Pénitot / RTBF
Création et diffusion du documentaire radiophonique issu de la première
mission.
Diffusion RTBF actée.
Diffusion France Culture en cours.
• Automne hivers 2018-2019 / Aline Pénitot, Sophie Bernado / Why Note,
Dijon, Lieu Multiple, Poitiers.
Résidence de création à Why Note et Lieu Multilple à Poitiers : création d’une
nouvelle pièce issue de la première mission.
Présentations de la nouvelle pièce.
Actions de sensibilisation des publics.
• Automne hivers 2018-2019 / Aline Pénitot, Olivier Adam, Maxime Lance
/ Césaré, Reims
Finalisation de l’interface à Césaré, Reims.
• Décembre 2018 / Aline Pénitot, Sophie Bernado, Olivier Adam, Céline
Grangey
Participation à la Nuit organisée par la Cité des Arts de Saint-Denis.
• 17-19 février 2019 : Festival Curiositas, Essonne
Présentation de l’interface et du projet lors du festival Art-Sciences.

SAISON 2019
• Juillet-août / La Réunion et Madagascar / Olivier Adam, Aline Pénitot,
Sophie Bernado, Alex Voyer et Maxime Lance / Abyss et Cétamada
Après la finalisation de l’interface, seconde mission à La Réunion et à
Madagascar avec l’équipe au complet lors de l’été 2019.
Au cours de chaque étape du développement, des conférences et des ateliers
de science participative sont élaborés avec les acteurs réunionnais.

Une aventure inédite – quelque chose d’un peu fou

Quelque chose d’un peu fou, d’un peu aventureux, d’assurément
scientifique, très certainement musical.

Olivier Adam est engagé dans trois projets de recherche : le recensement
des émissions sonores des cétacés de Saint-Pierre-et-Miquelon, la détection
des baleines bleues antarctique par acoustique passive et l’étude des chants
de baleines à bosse. Aline Pénitot est compositrice électroacoustique, journa
¬liste, productrice pour la radio mais aussi une des rares femmes à traverser
le pole nord magnétique, à la voile. En 2012, elle rencontre Oliver Adam
lors d’une de ses conférences au Centre Culturel Inuit. Ce sera le début d’une
grande conversation croisée qui se développe d’année en année.
Quelques semaines après cette rencontre, Aline Pénitot entend Brice Martin,
bassoniste, improviser à l’issu d’un concert. Elle est alors stupéfaite des
relations musicales entre le basson et la baleine à bosse. Brice Martin, un peu
confus, dira alors : « Mais pourquoi ces baleines jouent-elles du basson ? »
En juin 2016, Olivier Adam et Aline Pénitot créent au Muséum d’Histoire
Naturelle à Paris La Réponse de la baleine à bosse / phase 1 – Tentative de
dialogue. Olivier Adam débute par une conférence enlevée et parfois drôlatique
sur ses dernières recherches. Aline Pénitot, musique électroacoustique, et
Brice Martin, basson, déroulent ensuite un concert en trois parties, un concert
scientifique qui se promène ensuite sur les ondes de France Inter, RFI, France
Musique. Il fait escale à Césaré, Centre National de Création Musicale de Reims,
avant de s’amarrer à Why Note à Dijon. Autant de moments de préparation
pour La Réponse de la baleine à bosse / phase 2 – Interactions férales, dont le
but est de proposer aux baleines le fruit de leurs recherches scientifiques et
musicales et de revenir pour un concert scientifique immersif. Aujourd’hui,
Sophie Bernado reprend et prolonge le travail initié avec Brice Martin.

Un projet art-science singulier, innovant, poétique

Un concert-conférence en diffusion
Deux missions de terrain à la Réunion été 2018 et 2019
Un concert-scientifique en production
Un interface musicale aquatique humain-machine-baleine
Un documentaire radiophonique

La Réponse de la baleine à bosse est un projet musique-science qui entremêle les travaux du professeur Olivier Adam, bioacousticien spécialiste en chant de baleines, et de la compositrice Aline Pénitot, qui travaille la musicalité des sons de la nature.
Olivier Adam et Aline Pénitot questionnent ensemble le mystère des chants de baleines depuis 2012. Après plusieurs concerts scientifiques (Muséum d’Histoire Naturelle, Césaré, Why Note, le Couvent des Dominicains..) et émissions de radio (France Inter, France Musique, RFI, Radio Irlandaise, Radio Belge), les voilà en train de préparer une session d’enregistrement en juillet à la Réunion. Ou plutôt d’interactions avec les baleines à bosse grâce à une interface numérique développée en amont. Ce type d’expérience n’a jamais été tenté auparavant. Cela tient à la fois de l’expertise d’Olivier Adam et de la manière dont Aline Pénitot travaille le son, ou plutôt sur l’écoute des phénomènes sonores. Elle a par exemple découvert des relations trimbrales stupéfiantes entre le basson et les baleines à bosse, de sorte que ni Olivier Adam, ni le bassoniste, ni elle-même ne puissent reconnaître ce qui est de l’ordre du réel ou du figuré.
Et si plutôt que d’enregistrer les cétacés et d’analyser leurs chants comme le font habituellement les scientifiques, si plutôt que de s’inspirer des chants de baleines comme ont pu le faire certains compositeurs (John Cage, George Crumb, David Rothenberg), ils tentaient d’interagir avec eux par des sons diffusés dans l’océan ? Et s’ils revenaient avec des nouvelles données scientifiques à analyser ? S’ils revenaient avec de nouveaux enregistrements servant de base à une composition musicale différente ?
L’équilibre des océans est menacé et nous sommes très inquiets pour l’avenir de notre poumon bleu. Au fil des années, notre capacité à imaginer des solutions semble même s’amoindrir. D’un côté les scientifiques ne cessent d’alerter l’opinion à grand renfort de chiffres alarmants et indispensables à la compréhension des dérégulations. De l’autre, les artistes s’attardent à représenter ces dérèglements. Trop peu de projets sont menés à égalité par un binôme artiste-scientifique qui se fixe comme défit de provoquer une réelle prise de conscience. Olivier Adam et Aline Pénitot s’attachent à ce que la connaissance scientifique abreuve l’émotion esthétique et réciproquement afin que s’ouvrent de nouveaux possibles sociaux. De sorte que le récit artistique décuple le récit scientifique et et réciproquement.

Partenaires

Why Note – Dijon. Why Note s’inscrit dans une démarche ouverte de production,
de diffusion et de sensibilisation aux musiques créatives. Why Note
développe un accompagnement sur mesure de projets de musiciens qui souhaitent
s’aventurer dans des territoires inconnus. Par exemple, à travers le
projet de création musicale et d’instruments par le contrebassiste Sébastien
Bacquias au sein de la classe d’Ebénisterie d’un lycée professionnel. Projet
finaliste du Prix de l’audace artistique et culturel 2017. L’Echo des saisons,
un projet du même type, mené auprès des patients souffrant de pathologies
graves a reçu le Trophée régional de l’innovation sociale de l’AG2R La
Mondiale en 2016. La rencontre avec Aline Pénitot fait résonance avec l’engagement
sociétal des projets soutenus par Why Note tout en questionnant la
place et le rôle de l’artiste au-delà des cercles culturels habituels.
Why Note supporte et développe directement le projet, met à disposition du
projet sa chargée de développement, Cristina Anghel. Elle travaille la diffusion
et les partenariats auprès du réseau Tras (24 acteurs nationaux qui s’engagent
pour le développement des projets musique-science), du réseau des
Centres Nationaux de création musicale, des réseaux de Bourgogne Franche
Conté, des réseaux liés à la musique créative. Why Note a sollicité une aide
directe de l’Etat pour la compositrice Aline Pénitot. La commande d’Etat est
une reconnaissance par l’Etat du métier de compositeur et de son travail ; elle
soutient l’effort accompli par les structures de création, de production et de
diffusion auprès du public présentant les oeuvres commandées.

Abyss – La réunion. Fondée en 2009, Abyss est une association réunionnaise à but non
lucratif, dédiée à l’observation, à la découverte et la protection des mammifères
marins et de l’océan. Elle regroupe aujourd’hui plus de 150 adhérents, issus
de milieux différents. Les principaux objectifs de l’association sont : observer
et étudier les cétacés de l’Océan Indien, développer des programmes scientifiques
et éco-volontaires, mener des actions de préservation et de protection
des espèces menacés (baleines, dauphins), agir et sensibiliser la population
sur la préservation du sanctuaire Océan Indien. Abyss mène ainsi plusieurs
projets à caractère scientifique à l’échelle de l’île et plus largement sur la zone
Océan Indien. Compte tenu notamment des phénomènes de migration de certaines
espèces, la question de la préservation des cétacés ne peut en effet être
pertinente qu’à une échelle plus étendue.

• Institut Jean Le Rond d’Alembert, équipe Lam, Université Pierre et Marie
Curie – Paris. L’équipe de recherche rassemble des spécialistes en acoustique
musicale et mécanique vibratoire. Elle travaille sur l’analyse d’instruments
traditionnelle et imagine de nouvelles lutheries. Elle s’intéresse également
à de nouveaux sons, notamment issu de l’acoustique environnementale.
L’Institut Jean Le Rond d’Alembert est un laboratoire de recherche dont la
vocation est d’étendre le champ des connaissances dans tous les domaines
de la mécanique, de l’acoustique et de l’énergétique. L’équipe Lutheries-
Acoustique-Musique (Lam, lam.jussieu.fr) a été le laboratoire pionnier en
recherche en acoustique musicale. De renommée scientifique internationale basée en particulier sur la qualité de ses publications scientifiques et de ses
collaborations internationales, elle est organisée autour de trois composantes
de recherche multidisciplinaire : l’analyse des liens entre physique des
instruments de musique et techniques de jeu incluant l’étude de la perception/
cognition, la préservation et la numérisation des enregistrements audio, et
enfin l’acoustique architecturale.
Le Lam est présent dans toutes les étapes du projet et met à disposition du
projet Olivier Adam en lien avec ses étudiants.

• Césaré, Centre national de création musical – Reims. Césaré est, depuis
juillet 2006, l’un des six centres nationaux de création musicale répartis sur
l’ensemble du territoire. Il est dirigé par le compositeur Philippe Le Goff. Ses
missions sont essentiellement liées à la création musicale et sonore. Césaré
favorise l’émergence d’oeuvres originales à la frontière des styles musicaux
et des disciplines artistiques. À ce titre, Césaré est coproducteur d’un festival
avec La Cartonnerie, et développe une politique de commandes, de résidences
et de formations autour des nouveaux langages musicaux et des technologies
audio-numériques. Césaré se veut un lieu de rencontres entre les artistes
et le public, ouvert au monde et sensible au moindre frémissement de la
création. Soutien historique du projet depuis le début, Césaré accueille des
périodes de résidences et d’enregistrements, apporte son expertise quant au
développement artistique du projet.

• Association Dirac – Nogent-sur-Marne. Association dirigée par Olivier
Adam, elle participe à la réalisation de travaux de recherche en traitement du
signal appliqué à l’acoustique, et en particulier d’une part, à la bioacoustique,
l’acoustique sous-marine et d’autre part à l’acoustique musicale. Elle permet
la diffusion des connaissances en acoustique, en traitement du signal,
en bioacoustique et en acoustique musicale, en favorisant les échanges
intellectuels relatifs à ces spécialités aux moyens de toutes actions concourant
à ce but, directement ou indirectement, par exemple au moyen de travaux,
missions, ateliers, conférences, congrès, expositions ou publications. Elle
organise des événements et des expertises. Elle finance des missions pour
des jeunes étudiants, les aide à aller dans des conférences et l’organisation
d’événements.
> L’association