Le matériel, le trac et le vertige

Une semaine est passée et avec elle cinq sorties en mer.

Une semaine passée avec elles.

Avec elles dans le casque.

Avec elles dans le casque et avec des sons émis dans le haut-parleur aquatique.

Avec des réactions. Nous sommes trois à avoir vécu la même chose.

A nous dire que oui. Interactions sonores, il y a eu.

Humain·e·s vs baleines.

Et déjà les souvenirs se recomposent et se creusent.

Qu’est-ce qu’il s’est passé vraiment ?

Est-ce qu’on a vraiment enregistrer des chants ? Proches. Lointains. De manières suffisamment riches pour être audible où est-ce que ce sera seulement des traces d’un moment partagé à bord. Des documents inutiles par la suite.

Chaque sortie commence par une peur panique d’une panne de matériel. Jusqu’à en créer. Comme pour verser sa peur et son trac vers quelques choses d’objectif, de rationnel, d’imparable : le caisson ne marche pas alors je ne peux pas travailler. Et puis en rire en grinçant des dents parce que si, il y a toujours une solution, un Didier qui va trouver la panne, une après-midi à attendre que Didier trouve la panne et qu’il est temps de repartir en mer. Les pannes de matériel sont autant de tracts qui remontent. Rien d’autre que le trac qui remonte.

Penser aux piles, aux recharges, aux cartes mémoires, aux caisses étanches, aux sacs étanches, aux sacs à gravats dont on espère qu’ils sont étanches… et protéger tout le matériel.

Et puis créer des pannes quand même. Oublier de tourner d’un quart de tour la prise (Speakon) qui relie l’ampli aérien au haut-parleur aquatique. Oublier de monter le son de son ordinateur/interface. Oublier de changer les piles. Tomber sur une carte mémoire pleine. Vider alors la carte mémoire pleine dans l’ordinateur en pleine mer. Alors que l’ordinateur n’est pas protégé des embruns et de la brume du soir alors que le soir vient. Et qu’il vient si vite. Ici, on dit qu’il fait noir. Et que le soleil se casse la gueule.

Je pense que je vais encore en faire de belles.

Alors je tente rationaliser, répéter, apaiser toutes les questions matérielles.

Jusqu’à en faire un socle solide, bien amarré au bateau, un socle fluide qui ne puisse plus avoir prise sur les peurs, le trac, la puissance des rencontres qui montent en intensité, sortie en mer après sortie en mer.

Caisse 1 / Arrimé à l’avant bâbord du bateau

  • Haut-parleur aquatique : Lubell LL916C,
  • Sac à gravats dont on espère qu’il soit étanche,
  • Câble son speakon
  • Bout de 10m de long attaché par un nœud de chaise à une chandelle bâbord avant.

Caisse 2 / Arrimé à l’arrière bâbord du bateau

  • Amplificateur : Boom Box de chez Fotolec, customisée avec une sortie pour le haut-parleur aquatique et un interrupteur permettant de diffuser les sons depuis le bateau, ou dans l’eau via le haut-parleur aquatique,
  • Câble mini jack
  • Ordinateur/tablette/téléphone (à l’air libre… trouver une solution digne).

Caisse 3 / Arrimé au centre arrière du bateau / matériel prêt à être déployé à bâbord ou à tribord selon le courant

  • microphones aquatique : un hydrophone aquarian et câble de 9m, un hydrophone DPA et câble de 15m,
  • Enregistreur : Sound Device 744 et deux batteries 12V, Zoom H4 de sécurité, Zoom H6 de sécurité,
  • Sacs étanches et sacs à gravats dont on espère qu’ils soient étanchent
  • 24 piles rechargeables et chargeur. Deux poches de rangement, une pour pile chargée, une pour pile à charger.

– Chatterton, couteau, divers tournevis, marteau,

– Combi trois millimètres, des palmes achetées à Amorgos, un masque

– perches en bois pour écarter les hydrophones de la coque du bateau.

En préparation :

  • Caisson 4 : pour carte son RME-fireface afin de travailler depuis le signal émis par elles.

Penser à : Une fois la peur d’une panne matérielle évacuée, ne pas tomber dans la peur des requins qui sévissent à la Réunion.