L’attente

Une première sortie en mer avec Marion Ovize, Isabelle Klein, membres d’Abyss.

Une première journée d’attente.

Où l’on part au sud, revient au nord, trace des routes à l’intuition.

Pas une baleine.

Pas un dauphin.

Nous sommes narguées par un assassin, il nous suit, nous laisse présager que…. mais non. Plus gentiment, plus respectueusement, sur le bateau, il se laisse appeler Labre Brun. Comme les baleines à bosse, il est massif et son vol est lourd. Comme elles, il remonte de l’Antarctique pour passer l’hiver austral sous le tropique du capricorne.

Intérieurement, je continue à l’appeler assassin. Il tue les espoirs d’une première rencontre, je transfère sur lui la déception d’une sortie en mer vide et plate. L’impatience est mauvaise, les sentiments sont bas et vides. Le labre est massif et lourd, je suis massive et lourde. La houle, elle est longue et grasse.

Pas un souffle, pas un dos, pas un saut au lointain.

 

Au large de la possession, Marion interpelle une barque de pêcheurs. Ils pêchent le jaune, ils pêchent le rouge. Ils m’achèvent : oui, hier, une vingtaine de baleine, elles passaient sous la barque.

Par Aline Pénitot