Un projet art-science singulier, innovant, poétique

Un concert-conférence en diffusion
Deux missions de terrain à la Réunion été 2018 et 2019
Un concert-scientifique en production
Un interface musicale aquatique humain-machine-baleine
Un documentaire radiophonique

La Réponse de la baleine à bosse est un projet musique-science qui entremêle les travaux du professeur Olivier Adam, bioacousticien spécialiste en chant de baleines, et de la compositrice Aline Pénitot, qui travaille la musicalité des sons de la nature.
Olivier Adam et Aline Pénitot questionnent ensemble le mystère des chants de baleines depuis 2012. Après plusieurs concerts scientifiques (Muséum d’Histoire Naturelle, Césaré, Why Note, le Couvent des Dominicains..) et émissions de radio (France Inter, France Musique, RFI, Radio Irlandaise, Radio Belge), les voilà en train de préparer une session d’enregistrement en juillet à la Réunion. Ou plutôt d’interactions avec les baleines à bosse grâce à une interface numérique développée en amont. Ce type d’expérience n’a jamais été tenté auparavant. Cela tient à la fois de l’expertise d’Olivier Adam et de la manière dont Aline Pénitot travaille le son, ou plutôt sur l’écoute des phénomènes sonores. Elle a par exemple découvert des relations trimbrales stupéfiantes entre le basson et les baleines à bosse, de sorte que ni Olivier Adam, ni le bassoniste, ni elle-même ne puissent reconnaître ce qui est de l’ordre du réel ou du figuré.
Et si plutôt que d’enregistrer les cétacés et d’analyser leurs chants comme le font habituellement les scientifiques, si plutôt que de s’inspirer des chants de baleines comme ont pu le faire certains compositeurs (John Cage, George Crumb, David Rothenberg), ils tentaient d’interagir avec eux par des sons diffusés dans l’océan ? Et s’ils revenaient avec des nouvelles données scientifiques à analyser ? S’ils revenaient avec de nouveaux enregistrements servant de base à une composition musicale différente ?
L’équilibre des océans est menacé et nous sommes très inquiets pour l’avenir de notre poumon bleu. Au fil des années, notre capacité à imaginer des solutions semble même s’amoindrir. D’un côté les scientifiques ne cessent d’alerter l’opinion à grand renfort de chiffres alarmants et indispensables à la compréhension des dérégulations. De l’autre, les artistes s’attardent à représenter ces dérèglements. Trop peu de projets sont menés à égalité par un binôme artiste-scientifique qui se fixe comme défit de provoquer une réelle prise de conscience. Olivier Adam et Aline Pénitot s’attachent à ce que la connaissance scientifique abreuve l’émotion esthétique et réciproquement afin que s’ouvrent de nouveaux possibles sociaux. De sorte que le récit artistique décuple le récit scientifique et et réciproquement.